État des lieux

La qualité des eaux du bassin versant ; état des connaissances

Focus sur l’enjeu A

La question de l’assainissement par temps de pluie

L’ensemble des volets de l’enjeu A sont développés dans le document « diagnostic préalable au Contrat de Rivière »

Les systèmes d’assainissement du bassin versant

Les stations d’épuration (STEP) dont le milieu récepteur est situé dans le bassin versant de Huveaune sont au nombre de quatre (cf. cartographie) :

  1. STEP du Plan d’Aups, avec une capacité de 1 500 EH, elle se rejette dans un affluent du Peyruis
  2. STEP de Cuges-les-Pins, elle traite l’équivalent de 2 500 EH et ses eaux usées sont envoyées dans deux bassins d’infiltration
  3. STEP d’Auriol-Saint-Zacharie, d’une capacité de 10 000 EH, des travaux sont actuellement en cours pour augmenter sa capacité à 20 000 EH et permettre un traitement poussé de l’azote et du phosphate. Ses eaux usées se rejettent dans l’Huveaune au niveau de Pont de Joux,
  4. STEP de Marseille, d’une capacité de 1 865 000 EH, elle collecte et traite les effluents générés par 17 communes, dont14 situées dans le bassin versant de Huveaune. Ces effluents se rejettent dans l’anse de Cortiou (émissaire N°1), dans l’émissaire parallèle au rejet des eaux de l’Huveaune déviées par temps sec (émissaire N°2).
La cartographie présente les systèmes d’épurations présents sur le bassin versant de l’Huveaune et les communes raccordées à chacun d’entre eux. La commune de Cuges-Les-Pins possède sa propre station d’épuration, dont les eaux sont rejetées dans des bassins d’infiltration. La commune de Plan d’Aups possède également sa propre station d’épuration, dont les eaux sont rejetées dans La Vie, un petit affluent du Peyruis. Les Communes d’Auriol et Saint Zacharies sont raccordées à la station d’épuration d’Auriol-Saint-Zacharie, qui rejette les eaux traitées dans l’Huveaune à Pont de Joux. Les autres communes du bassin versant sont reliées à la station d’épuration de Marseille- Géolide pour l’épuration de leurs eaux. Les eaux épurées sont rejetées au niveau de l’Anse de Cortiou, dans la Mer Méditerranée.
Cartographie des STEP et des communes y étant raccordées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eaux pluviales, eaux usées : des dysfonctionnements à l’origine de pollutions récurrentes

Le ruissellement pluvial est une problématique généralisée sur le bassin versant. Outre l’aggravation du phénomène d’inondation, les eaux issues du lessivage
des surfaces imperméabilisées sont chargées en contaminants divers (HAP, métaux, MES, bactéries, etc.), pouvant entrainer une pollution plus ou moins significative des milieux.

Causes :

  • Vétusté des réseaux d’assainissement (fuites)
  • Mauvais branchements entre réseaux d’eaux usées et les réseaux d’eaux pluviales
  • Installations mal dimensionnées (réseau ou STEP)
  • Réseau unitaire (sur une partie du centre-ville marseillais et enclaves unitaires sur le Jarret)

Conséquences : dysfonctionnements par temps de pluie > surverses d’eaux usées > contamination du milieu naturel

Des solutions déjà en place, à développer :

  • Etudes (exemple : schémas directeurs)
  • Suivi de la qualité du milieu
  • Travaux (exemples : réfection de réseaux, bassins de rétention amont STEP)
  • Gestion (exemple : autosurveillance réglementaire des déversoirs d’orage)

Entre autres actions engagées, le Contrat d’Agglomération porté prévoit l’ambitieuse mise en oeuvre de 185 millions d’euros d’actions entre 2014 et 2018 pour répondre à la problématique de l’assainissement notamment par temps de pluie sur le territoire de la Ville de Marseille.

Qualité des eaux de baignade et détournement de l’Huveaune : des actions complémentaires et une vision globale à développer

Face aux pollutions causées par les problématiques de ruissellement et d’assainissement et pour préserver la qualité des eaux de baignade en baie du Prado, les eaux du Jarret et de l’Huveaune sont détournées vers l’anse de Cortiou, sans débit réservé. Lorsque que le débit de l’Huveaune est supérieur à 30m3/s (forte pluie), l’Huveaune rejoint son lit naturel.

Cette déviation et cet asséchement du lit de l’Huveaune de la Pugette à la mer n’est pas sans conséquence sur son fonctionnement hydromorphologique. En effet, elle souffre de manière récurrente de pics de contamination bactérienne même par temps sec, prouvant que ces phénomènes sont plus complexes qu’il n’y parait. Afin de gérer les risques sanitaires conformément à la réglementation, la Ville de Marseille a mis en place des mesures de gestion active de ses plages.

Des processus complexes qui affectent la plage de l’Huveaune :

  • Une pollution bactérienne importante amenée; par l’Huveaune et le Jarret qui subissent nombre de déversements. Ainsi, lors d’épisode pluvieux, les pages sont fermées de manière préventive.
  • Des pics successifs de contamination suite à un épisode pluvieux.
  • Des phénomènes de persistance bactérienne dans les sédiments du tronçon à sec de l’Huveaune.

Si plusieurs études sont lancées en 2015 (MPM, Marseille), il est nécessaire :

  • D’étudier de façon globale les processus de contamination du tronçon Pugette-mer et du littoral, d’identifier les apports contaminants par temps secs et les facteurs hydrogéomorphologiques intervenant dans ces processus (phénomènes de dormance par exemple)
  • De proposer des solutions efficaces de diminution de la vulnérabilité de ce secteur

Contrat de Rivière, Contrat de Baie, plan d’actions eaux de baignage et Contrat d’Agglomération partagent, entre autres, l’objectif commun d’apporter durablement une qualité des eaux littorals compatibles avec l’usage baignade.

Principe de détournement de l’Huveaune au niveau du barrage de la Pugette © CUMPM

 

Article La Provence – 5 juillet 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

Plage de l’Huveaune après un important épisode pluvieux

La qualité des eaux en lien avec d’autres objectifs dont la continuité écologique ou la valorisation des berges

Outre la contribution hautement attendue à l’amélioration de la qualité des eaux dans le secteur des Calanques dans la configuration actuelle de dérivation de l’Huveaune, la diminution de la pollution et la maîtrise des risques sanitaires sont un préalable à l’objectif stratégique (moyen-long terme) de rétablissement de la continuité écologique de l’Huveaune par réouverture permanente ou semi-permanente du barrage de la Pugette (lien avec l’enjeu B du Contrat de Rivière).

En outre, la reconquête de la qualité des eaux permet de mieux envisager la réappropriation des cours d’eau. L’amélioration très nette observée depuis la désindustrialisation et la construction de stations d’épurations a très largement ouvert la porte à des opportunités de reconquérir les berges sur les communes du bassin versant (lien avec l’enjeu E du Contrat de Rivière). Malgré l’amélioration importante restant à apporter, l’Huveaune contribue déjà positivement au cadre de vie de nombreux habitants.

Mise en place avant la signature du Contrat de Rivière, le réseau de suivi de la qualité des eaux piloté par le SIBVH permet de connaitre la qualité des eaux et des sédiments au niveau de 16 stations, réparties sur l’Huveaune et ses affluents.

Etant mis en place depuis 2015, le nombre de données acquises ne permettent pas de conclure sur l’état des eux de manière pertinente, néanmoins les données de ce suivi sont accessible en cliquant-ici.